28 septembre 2008

Et la marmotte, elle met le chocolat dans le papier d'allu.

«Mais bien sûr».
C'est la traduction que l'on fait généralement de cette phrase.
Ne vous méprenez pas, ce sujet n'a pas pour but de parler de délire hallucinatoire dû à une surconsommation de chocolat, mais de métaphores.

Donc, premièrement, qu'est-ce qu'une métaphore ?
A tous les récalcitrants des cours de français de seconde et première (système scolaire français) qui se sont empressés d'oublier le fruit de leurs cauchemars sitôt passés en année supérieure, je vais me faire un plaisir de répondre.
Figure rhétorique qui consiste à remplacer un mot par un autre, alors qu'entre ces mots il y a un rapport d'analogie.
Vous n'avez rien compris ? Moi non plus. Et pourtant je sais quand même de quoi je parle.
Allons chercher ailleurs.
Procédé par lequel on transporte la signification propre d'un mot à une autre signification qui ne lui convient qu'en vertu d'une comparaison sous-entendue.
Grande victoire du Larousse sur le Wiktionnaire.

Donc, je me rends compte que ça ne tombe pas sous le sens, mais je pense qu'on peut bien dire que la phrase "et la marmotte, elle met le chocolat dans le papier d'allu." est une métaphore, que l'on peut interpréter comme "ce que tu me dis est tellement surfait, improbable et difficile à imaginer, que je ne suis pas assez naïf pour te croire."
Et c'est absolument la vérité !
En tant que marmotte qui se respecte, je n'ai jamais mis de chocolat dans un papier d'allu, je m'évertue plutôt à l'en sortir le plus vite possible pour le manger intégralement.

Quoi qu'il en soit. Vous, qui n'aimiez pas les commentaires composés de français... vous vous souvenez de l'art, oui parce-qu'à ce stade il s'agissait bien d'un art, qu'avait votre professeur à interpréter chacune des phrases d'un auteur au sens qui leur semblait le plus probable ? Personnellement, je me faisais souvent la remarque dans ma tête : "C'est tellement tiré par les cheveux que l'auteur lui-même n'avait certainement pas dû penser à ça en écrivant".
Mais vous ressentiez tout de même parfois un certaine admiration envers un auteur lorsqu'il arrivait à exprimer par des mots tout à fait inattendus quelque chose de parfaitement banal.

Et bien je vais vous donner une clef pour que vous aussi, vous puissiez vous exprimer en métaphores.
Ne me remerciez pas tout de suite, attendez de voir quelle arnaque je vous offre sur un plateau d'argent.

Pour vous aider, je vais vous diriger vers un ami immensément reconnu : Freud.
Outre le fait que ses théorie psychanalytiques ont été moultement controversées, il n'en est pas moins qu'il s'agit selon moi du plus grand interprète de la pensée humaine qu'il puisse exister.
Qu'il ai raison ou tort d'ailleurs.

Monsieur Freud donc, n'a pas son pareil pour prendre la place du professeur qui analyse le texte de l'auteur celui ci n'ai même pas pensé aux deux ou trois niveaux d'interprétations possibles en écrivant (le bougre), sauf qu'ici il analyse des personnes qui laissent exprimer leur inconscient et qui font des métaphores malgré elles. D'après ce qu'il en dit.
Vous voulez une illustration de mes propos ? Prenons le cas de Dora. Non, ne prenez pas la peine de le lire, les détails croustillants qui ont retenu mon attention je vous les donne.

Selon ce monsieur donc, lorsqu'on pense à une gare, un vestibule, un cimetière, une boite à bijoux, et bien nous sommes en face d'une représentation du dispositif génital féminin.
Mesdemoiselles, si votre cher et tendre vous annonce qu'il va faire un tour au cimetière, vous êtes libres d'interpréter ce que bon vous semble.
La clef, au contraire, représente la virilité masculine.
Le fait de la rentrer dans la serrure... si vous m'avez bien suivit vous savez de quoi il s'agit.
Donc, inconsciemment, nous ressentons le besoin de faire l'amour au moins deux fois par jour. Quand on sort de chez soit quelle qu'en soit la raison, et quand on revient. Que dire des gens qui font de multiples allez-retour quand il en ont besoin, ou qu'ils oublient quelque chose dehors et qu'il faut y retourner ? Acte manqué ? Libido exacerbée ?
Dans ce cas pourquoi les hommes ne s'empressent-ils pas de sortir les poubelles ?

Bon, évidemment, femmes qui me lisez si il y en a, vous n'avez pas besoin de soupçonner votre mari/copain/objet sexuel de vous tromper lorsqu'il doit se rendre à la gare, ou qu'il reste un peu trop longtemps dans le vestibule...
Si on écoutait Freud, le simple fait de taper sur un clavier pourrait signifier une frustration sexuelle ou une souffrance due à un traumatisme sexuel dans son enfance...
Et que dire de mon cas, le fait d'écrire "interprêter" avec un accent circonflexe de manière systématique pourrait-il signifier une envie de sieste coquine ?

Ce message ne veut pas pour autant dire que monsieur Freud avait faux pour toutes ses théories, merci de ne pas interpréter incorrectement mes propos.




6 commentaires

Plantouille a dit…

Sachant que ML joue la corde de la pitié, on en conclut quoi ?
Oui, c'est terrible dès qu'on voit ça sous une nouvelle lumière...

la Marmotte a dit…

Euh... qu'elle désire désespérément trouver un quelqu'un ayant pitié d'elle et apte à assouvir ses tendances sadomasochistes ?

Anonyme a dit…

Quand je tape sur mon clavier, ça me rappelle précisément l'époque où j'étais tombé à vélo à 8 ans, 3 mois et 5jours...
Plus particulièrement quand je tappe sur "r", "ù" et surtout "²".
C'est grave?

(Je n'ose pas dévoiler mon nom sur peine de représailles du dit vélo)

Guillaume_ a dit…

Oh, tu sais,
Tu peux interprêter ça comme tu veux,
mais quoi qu'il arrive,
Je t'ai donné ma clef...
;)

A presto...

Danae a dit…

Et si on est une mamazelle qui craint toujours d'avoir perdu ses clés, qui s'assure toujours de bien les avoir sur elle, est ce un acte manqué, une manière d'accentuer le désir de la dite clé, et de ce qu'elle représente dans le langage freudien, en se devant de s'en rappeler ?

Et si la dite mamazelle a toujours un gros trousseau de clé dans sa poche, est ce à dire que c'est une nymphomane ou bien une castratrice ?

Trop de questions, et il est tard là ...

la Marmotte a dit…

Ben pour la clef, c'est simple, tu peux avoir peur de les perdre, et si t'étais un mec je dirai que tu remets en cause ta virilité, mais là j'avoue que je sais pas.
Enfin, si tu es prise d'une furieuse envie de les mettre dans une serrure, tu peux peut-être te poser des questions.

Pour la taille du trousseau... je dirai que t'aime les sensations fortes au lit ? (oui, je dis ça complètement au hasard et j'assume parfaitement).

Enregistrer un commentaire